La cellulite, notre pire ennemi

La cellulite, notre pire ennemi

Qu’est-ce que la cellulite ?

Le corps humain est composé de cellules dites adipeuses ou graisseuses. Ces cellules stockent de l’eau et de la graisse. Quand elles arrivent au maximum de leur capacité de stockage, la cellulite apparaît et donne un aspect de peau d’orange à la peau. Il s’agit d’une inflammation localisée qui se caractérise par des gonflements. Un problème esthétique qui touche principalement la gente féminine : 9 femmes sur 10 en auront, qu’elles soient minces ou rondes, sportives ou non. Ceci pour des raisons à la fois hormonales et constitutionnelles. Les femmes sont en effet « programmées » pour stocker des graisses en prévision d’une éventuelle grossesse et d’une période d’allaitement. C’est pour cette raison pratique que leurs hormones (les œstrogènes) favorisent ce stockage. Chez la femme, les graisses représentent 25 à 30% de leur poids contre seulement 12 à 15% chez l’homme. Elles disposent en effet de deux fois plus de cellules adipocytes (cellules graisseuses ou adipeuses) que les hommes.

Mais les hommes non plus ne sont pas épargnés par la cellulite même si, au final, peu en seront atteints. Ils n’ont en effet pas les mêmes besoins de stockage, donc disposent de moins de cellules graisseuses que les femmes. Ces cellules sont plus petites et plus compactes.

Quelles sont les causes de la cellulite ?

La cellulite est due à un dysfonctionnement du tissu adipeux lié à une mauvaise circulation sanguine et lymphatique locale combinée ou non au stockage excessif des graisses. Un problème bien souvent hormonal chez la femme mais aussi lié au mode de vie (alimentation trop riche, manque d’activité) et, indirectement, à l’hérédité. En bref, l’accumulation de graisses formant la cellulite est causée par plusieurs facteurs : sédentarité et manque d’exercice physique, mauvais drainage, accumulation de déchets, d’eau et de graisses dans les cellules, dégénérescence des fibres collagènes et agglomération des cellules adipeuses et fibres collagènes en nodules déformant la surface de la peau. Dans les cas plus avancés (cellulite fibreuse), ces nodules s’agglomèrent entre eux pour donner naissance à une cellulite très visible, douloureuse et plus difficile à soigner.

On constate plusieurs types de cellulite :

La cellulite aqueuse, œdémateuse ou d’infiltration : elle est liée à l’eau, en particulier à une rétention d’eau gonflant les cellules, entraînant l’accumulation des déchets et l’inflammation des tissus. C’est une cellulite à peine visible et souple. Elle est le plus souvent causée par des problèmes de circulation qui se manifestent par divers symptômes tels des jambes lourdes et gonflées, des impatiences, une sensibilité aux bleus, des marbrures sur la peau. Elle est favorisée par le manque d’activité physique. Elle se loge sur le ventre, les bras, les cuisses, les hanches et les fesses. Il faut donc traiter le problème circulatoire à l’origine de la rétention d’eau. Massages, drainages et activité physique sont à privilégier pour activer le retour veineux. Côté alimentation, il faudra consommer des aliments favorisant le drainage. Crèmes et compléments alimentaires compléteront le tout.

La cellulite adipeuse : elle est causée par un excès de stockage. Les graisses en excès gonflent les cellules graisseuses (adipocytes), jusqu’à 50 fois leur taille, perturbent la circulation et causent l’accumulation de toxines créant une inflammation des tissus. Certaines régions du corps sont plus concernées que d’autres parce que les cellules graisseuses y sont plus nombreuses : les hanches par exemple avec la fameuse culotte de cheval. C’est une cellulite molle, souple et indolore. Elle peut apparaître en cas d’excès de consommation de mauvaises graisses (graisses cuites, graisses saturées) et/ou à un manque d’activité physique. Il faudra donc mettre l’accent sur le déstockage des graisses, une alimentation équilibrée et saine et une activité physique.

La cellulite fibreuse ou indurée  : elle est causée par un dysfonctionnement (la fibrose) des fibres collagènes servant à fixer les cellules sur la peau et les muscles. C’est une cellulite dure au toucher, de teinte violacée et très visible. Elle est douloureuse au pincement et à la palpation car elle comprime les nerfs. Généralement ancienne, elle peut être profonde et compactée. On la trouve généralement sur les cuisses et elle est assez difficile à déloger. Cette cellulite est  souvent due à la sédentarité et à une mauvaise alimentation et un phénomène se crée : la glycation du collagène c’est-à-dire que les fibres de collagène vont s’associer avec des molécules de glucose et vont former comme une toile d’araignée hyper dense qui va venir comprimer les adipocytes (cellules graisseuses), c’est pour cette raison qu’elle est plus difficile à traiter mais ce n’est pas impossible. Tout comme les autres cellulites, cela nécessite de déstocker les graisses, d’avoir une alimentation équilibrée et saine avec une activité physique beaucoup plus intense.

Ces 3 types de cellulite coexistent souvent car les causes sont liées, l’une favorisant l’autre. On parle de cellulite mixte. Cette coexistence de cellulite adipeuse et de cellulite aqueuse est fréquemment rencontrée.

Comment lutter contre la cellulite ?

Il n’existe pas de recette miracle pour éliminer la cellulite mais des solutions efficaces existent pour fortement la diminuer selon le stade. Régime et sport aident mais ne suffisent pas puisque la cellulite est une graisse emprisonnée dans un réseau de fibres que le métabolisme seul ne peut éliminer. Pour lutter contre la cellulite :

Bougeons !

  • Le fait de pratiquer un sport favorise la circulation lymphatique. L’idéal : La marche, la course à pied, le vélo, la zumba sont d’excellents sports pour brûler les graisses et lutter contre les capitons. La musculation permet aux muscles de consommer de l’énergie, même au repos. Et les sports aquatiques sont les rois car l’eau exerce un frein antagoniste doux qui augmente l’activité musculaire, le retour veineux et le drainage.

Pratiquons des massages

  • Les massages stimulent les tissus, tonifient la peau et améliorent la microcirculation. L’utilisation d’une crème anticellulite drainante de bas en haut (vers le cœur) amplifie les effets. La technique du « palper-rouler » en faisant rouler un pli le long de la zone à drainer est idéale.

Adaptons nos habitudes alimentaires

  • Buvons beaucoup. De l’eau ou du thé vert, réputé pour son effet drainant. L’hydratation favorise le drainage et l’élimination des déchets.
  • Mangeons des aliments stimulant la circulation : fruits frais riches en vitamines, ail, oignon, oléagineux (amandes, noix, noisettes).
  • Evitons le sel tout comme les produits industriels et les plats préparés qui en contiennent beaucoup. Le sel favorise la rétention d’eau.
  • Certaines plantes comme le marron d’inde, la vigne rouge, ou encore l’hamamélis et le noisetier, riches en flavonoïdes, ont des effets veinotoniques : ils augmentent la résistance des vaisseaux et diminuent leur perméabilité. Consommons-les en tisanes ou en gélules.

Adaptons notre mode de vie

  • Evitons le port de talons hauts (3-4 cm max) et les vêtements serrés qui gênent la circulation. Les talons diminuent l’efficacité de la pompe des mollets
  • Evitons de croiser les jambes et levons-nous régulièrement pour bouger si nous travaillons assises
  • Terminons notre douche par un jet d’eau froide sur les jambes pour stimuler la circulation
  • Surélevons nos pieds du lit afin d’aider le retour veineux
  • Utilisons des produits drainants (crème, gel, boissons ou gélules à avaler).
  • Evitons de fumer : le tabac encrasse les cellules et perturbe la circulation sanguine.
  • Evitons des expositions prolongées au soleil et des bains brûlants. La chaleur dilate les vaisseaux qui deviennent perméables, laissant l’eau circuler vers les cellules.

About Author